Accueil>Nos services>Culture>Mission centenaire 1914-1918>Exposition Maison d'Albert Londres à Vichy

Exposition Maison d'Albert Londres à Vichy

Dans le cadre de la commémoration de la Première Guerre mondiale, la Ville de Bellerive coordonne une série de manifestations culturelles gratuites, avec le soutien des associations bellerivoises. Pour ce cinquième cycle, l'association Une mémoire pour l'Avenir et le comité de jumelage proposent trois événements en novembre 2016.  

Exposition Maison d'Albert Londres à vichy, du 8 au 17 novembre en Mairie de Bellerive

(ouverture au public du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30, sauf le vendredi 17h)

L'association "Regarder et agir"

Les membres de l’association, « Regarder et agir », admiratifs d’Albert Londres et très sensibles à la conservation du patrimoine, travaillent sans relâche pour sauvegarder la maison natale d’Albert Londres, à Vichy, au 2 rue Besse, organisant de nombreuses manifestations, pour vendre les cartes postales et la bande dessinée, que l’association a éditées. Ils ont créé le fonds de dotation
Sauvons la maison natale d’Albert Londres », qui a pris le relais de la collecte d’argent. L’association, par les rencontres, expositions, conférences qu’elle organise depuis 5 ans, a reçu pour ce projet le soutien d’un nombreux public et de nombreux journalistes locaux et nationaux reconnus. Véronique Auger, Rédactrice en chef à France Télévision et marraine du fonds de dotation, se mobilise avec toute la promotion 1981 du Centre de Formation des Journalistes (CFJ Paris) pour faire vivre ce projet. 

La maison d'Albert Londres : le projet de réhabilitation

///

 Située au cœur du vieux Vichy, la maison natale d’Albert Londres a été bâtie dans les années 1830. Il s’agit d’un édifice construit dans un style néo-gothique, marqué par la personnalité d’Albert Londres, né dans cette maison la nuit du 1er novembre 1884. Il est considéré comme le père du grand reportage, et le prix qui porte son nom constitue, depuis 80 ans, la plus haute distinction du journalisme francophone. Pour ses lecteurs, il a couru le monde, afin de témoigner, décrire, dénoncer, et « porter la plume dans la plaie » (Terre d’ébène). Albert Londres a péri dans l’incendie et le naufrage du Georges Philippar, le 16 mai 1932.
Un projet de réhabilitation de la Maison est actuellement en cours, porté par une association présidée par Véronique Auger, rédactrice en chef à France Télévision. « Faire vivre la maison natale d’Albert Londres, c’est lui rendre hommage, c’est créer un haut lieu symbolique, ouvert et porteur des valeurs universelles du grand reportage.
La Maison Albert Londres sera un lieu de formation , d’accompagnement de projets et de diffusion .» Une collecte est organisée, avec l’objectif de réunir 150.000 € permettant de réaliser les travaux de rénovation. Un tel lieu permettra de continuer la mission du grand reporter qu’était Albert Londres, à savoir : « prêter une voix, si faible fût-elle, à ceux qui n’[ont] plus le droit de parler » (Les chemins de Buenos Aires), donner la parole à ceux qui ne l’ont pas et qui ont pourtant des choses à dire… Elle sera, au cœur de la ville de Vichy, un lieu de mémoire et un lieu d’échanges, de sensibilisation, de réflexion, sur les valeurs portées par le grand reportage. » La section française de l’association des journalistes européens soutient ce projet, « indispensable à une meilleure connaissance du parcours et de la trajectoire de celui qui fut un des plus grands noms du journalisme français.

///

Qui est Albert Londres ?

///

Né le 1er novembre 1884 à Vichy, il était le fils de Jean-Marie Londres, chaudronnier d'origine gasconne, et de Florimonde Baratier, issue d'une famille bourbonnaise. Il est mort le 16 mai 1932 dans l'océan Indien. Ecrivain et figure de référence du journalisme, il avait pour maxime : "Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie." Il débutera sa carrière de grand reporter de guerre en couvrant de 1914 à 1918 les lieux de combats, du front des Flandres, à celui de la France, en passant par les Dardanelles et les Balkans.

///

ça m'intéresse aussi : les autres rendez-vous :

mise en page
Infos plus Liens Utiles

Partenaire associatif : Comité de jumelage de Bellerive

Service fêtes et cérémonies de la Ville de Bellerive-sur-Allier
au 04 70 58 87 00 ou par courriel

 



Dernière Minute

  • Aller à  l'école

    Les portes ouvertes des écoles débutent en mars ! renseignez-vous !

    Lire la suite